Eloge de la politique

Les grandes oeuvres de Platon à Soljénitsyne

De manière accessible, essayistes d’envergure ou universitaires de premier plan présentent leur lecture d’une œuvre majeure qui interpelle notre époque.

Plus de détails

Disponible chez l'éditeur
Délai de livraison sous 4 à 10 jours

19,81 €

En savoir plus

Etienne-Alexandre Beauregard, novembre 2020 : lire l'article en entier

    De l’importance des grandes œuvres. Dans le contexte d’instantanéité numérique et de « cancel culture » qui est le nôtre, ce dialogue avec les textes politiques marquants de la civilisation occidentale tombe à point. Une histoire de la philosophie politique Le premier mérite de ce recueil consiste à expliquer et à contextualiser des œuvres marquantes de la philosophie politique.

   Avec des chapitres concis, qui dépassent rarement 15 pages, Éloge de la politique permet un survol suffisamment poussé pour piquer la curiosité du lecteur, tout en lui donnant certaines clés pour se plonger directement dans les textes explorés, ce qui devrait être le but de tout ouvrage de la sorte.

   Penser notre époque à la lumière des grandes œuvres. Là où brille particulièrement Éloge de la politique, c’est dans l’usage des œuvres par ses auteurs pour analyser le moment présent. Pensons par exemple à Paul-François Schira, qui se fonde sur Les politiques d’Aristote pour disséquer la sortie du politique et le remplacement du « nous » par une multitude de « je » avec lesquels doivent composer les États contemporains. Le chapitre dédié au Second traité de gouvernement de John Locke par Gaspard Koenig constitue également l’une des parties les plus originales du recueil, reprenant l’idée de propriété de soi pour affronter notre actuelle impuissance devant le « big data ».

 Seul Québécois parmi les contributeurs, Mathieu Bock-Côté relit Du contrat social de Rousseau pour rappeler la nécessité d’adapter les institutions politiques à la culture différente de chaque peuple à une époque où la supranationalité nous pousse vers l’homogénéisation. La contribution d’Alexandre Devecchio, qui dresse des parallèles entre la lutte des classes selon Marx et le présent conflit entre « bobos urbains » et classes populaires partout en Occident, est un autre fait saillant de l’ouvrage.

   Un ouvrage politique et nécessaire. Le dernier chapitre, consacré à L’âme désarmée d’Allan Bloom, est un bel hommage rendu par Michel de Jaeghere, qui livre une courte biographie de l’homme et de son grand livre justement dédié à la défense des œuvres marquantes de la civilisation. En dénonçant la mentalité délétère qui émane des campus américains, le relativisme ambiant et l’obsession d’une « ouverture à l’Autre » qui devient trop vite une fermeture à soi, cette digne conclusion justifie Éloge de la politique en lui-même.

   En 2020, il s’agit effectivement d’un geste politique que de réaffirmer que de grands textes, occidentaux de surcroît, ont une portée universelle parce qu’ils sont à l’origine de tournants majeurs dans la pensée politique. En se refusant à voir dans les principes fondateurs de la civilisation occidentale le produit de préjugés à exterminer, mais plutôt des richesses de l’esprit à partager aux générations futures, Éloge de la politique se montre aussi nécessaire que brillant dans le climat politique qui est aujourd’hui le nôtre.

Au sommaire :

  • Introduction, Vincent Trémolet de Villers
  • Platon, La République, François-Xavier Bellamy
  • Aristote, Les Politiques, Paul-François Schira
  • Saint Augustin, La Cité de Dieu, Jean-Marie Salamito
  • Nicolas Machiavel, Le Prince, Guillaume Perrault
  • Thomas Hobbes, Léviathan, Maxime Tandonnet
  • John Locke, Le Second Traité de gouvernement, Gaspard Koenig
  • Montesquieu, De l'esprit des lois, Philippe Raynaud
  • Jean-Jacques Rousseau, Du contrat social, Mathieu Bock-Côté
  • Edmond Burke, Réflexions sur la Révolution, Jacques de Saint-Victor
  • Joseph de Maistre, Considérations sur la France, François Huguenin
  • Benjamin Constant, Principes de politique, Lucien Jaume
  • Carl von Clausewitz, De la guerre, Charles Jaigu
  • Alexis de Tocqueville, L'Ancien Régime et la Révolution, François Sureau
  • Karl Marx, Manifeste du Parti communiste, Alexandre Devecchio
  • Charles Péguy, Notre jeunesse, Eugénie Bastié
  • Simone Weill, L'Enracinement, Eugénie Bastié
  • Hannah Arendt, La Condition de l'homme moderne, Bérénice Levet
  • Raymond Aron, essai sur les libertés, Nicolas Bacerez
  • Alexandre Soljénitsyne, Le Déclin du courage, Chantal Delsol
  • Allan Bloom, L'Ame désarmée, Michel De Jaeghere
  • Présentation des auteurs

L'auteur : Vincent Tremolet de Villers
Rédacteur en chef du Figaro Hors-Série et du Figaro Histoire.

Co-auteur(s) : et un collectif d'auteurs

4ème de couverture

   Chercher le bien commun pour Platon, penser l'homme comme animal politique pour Aristote, désamorcer la violence pour Hobbes, donner une limite au pouvoir pour Montesquieu, comprendre les logiques de classe pour Marx, concilier le souci de l'homme et l'amour du monde pour Hannah Arendt : chacun des plus grands philosophes depuis vingt-cinq siècles continue de nous dire aujourd'hui, pour notre monde, la grandeur et la nécessité de la politique.

   De manière accessible, essayistes d'envergure ou universitaires de premier plan présentent leur lecture d'une oeuvre majeure qui interpelle notre époque. Un livre fondamental, destiné à devenir un classique.

Fiche technique

Catégories Livres Sciences Politiques Actualité/ Etudes / Essais
ÉditeurTallandier
ReliureBroché
ParutionOctobre 2020
Nombre de pages320
Hauteur21.5
Largeur14.5
Épaisseur2.3
Poids0.415 kg

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

Du même auteur

Dans la même catégorie

Commentaires clients

Note 
(13/04/2021)
Comment choisir vingt textes au milieu de centaines de chefs d’œ

C’est le défi de ce livre.
19 universitaires, essayistes ou journalistes de grande culture, fins connaisseurs de la pensée politique analysant les textes fondateurs de la pensée politique : Platon sur la philosophie politique 380 av. J .-C, Machiavel plaçant la liberté de la cité au-dessus de la morale individuelle ou Karl Marx sur la lutte des classes. Plus près de nous, Simone Weil s’interrogeant sur la question du bien en politique ou Hannah Arendt réconciliant le souci de l’homme et celui du monde à rebours des illusions du monde moderne, Raymond Aaron, Soljenitsyne pointant le désastre d’un individualisme occidental interdisant toute visée du bien commun… Finalement, il serait temps de revenir à la philosophie classique de l’action politique qui consistait à se préparer en permanence à affronter un risque vital pour la collectivité.

    Donner votre avis

    Eloge de la politique

    Vincent Tremolet de Villers
    Eloge de la politique
    Les grandes oeuvres de Platon à Soljénitsyne

    De manière accessible, essayistes d’envergure ou universitaires de premier plan présentent leur lecture d’une œuvre majeure qui interpelle notre époque.