Tu n'es pas des nôtres

Des quartiers populaires à l'exclusion de LREM, les vérités d'une citoyenne libre.

Plus de détails

Disponible chez l'éditeur
Délai de livraison sous 4 à 10 jours

15,17 €

En savoir plus

LIBERTE POLITIQUE, novembre 2020 : lire l'article en entier

   Il est évidemment redoutablement efficace de le lire sous la plume de quelqu’un qui « y a cru », qui a « joué le jeu », et n’est donc pas susceptible de mauvaise foi. Agnès Thill n’est pas venue d’un milieu ostracisé de droite conservatrice, et cela ne l’a pas empêché d’expérimenter une intolérance rare de la part des professionnels du progrès et de la tolérance. Malmenée par cette expérience qui a dû être très douloureuse, elle a tenu bon, avec une force intérieure qui inspire le respect.

   Bienvenue, Agnès, dans le monde de la dissidence. Tirera-t-elle politiquement toutes les conclusions qui s’imposent ? Il lui reste encore certainement quelques contradictions à lever définitivement, mais en refermant son ouvrage, nous aimerions pouvoir nous dire qu’il est possible de compter sur davantage de personnalités politiques qui sachent ainsi allier droiture et endurance.

L'HOMME NOUVEAU, octobre 2020, Stephen Vallet :

   Député de l’Oise, élue dans la foulée de la victoire d’Emmanuel Macron à la présidentielle de 2017, Agnès Thill est exclue de La République en marche (LREM), le parti présidentiel, en 2019. La cause ? Son refus de voter la loi en faveur de la PMA pour toutes.

   Dans un livre qui vient de paraître, elle exprime à la fois sa stupéfaction et sa révolte devant les pratiques en usage au sein de LREM, s’estimant trahie par le Président de la République. Elle raconte aussi son itinéraire. Issue d’une famille simple de Seine- Saint-Denis, elle s’est toujours sentie proche de son père qui lui a beaucoup apporté. Elle s’appuie sur cet exemple pour s’opposer aux décisions législatives qui visent à évacuer la figure du père de la famille et, plus largement, de la société. Alors que son père est un chrétien engagé et lecteur du Témoignage chrétien, la jeune Agnès rejette le christianisme. Elle adhère au Parti socialiste, qu’elle finira par quitter, rejoint la franc-maçonnerie (qu’elle abandonnera aussi, mais à regret) et s’investit entièrement dans son métier d’institutrice et de directrice d’école. Elle se convertit aussi au catholicisme. Dégoûtée de la gauche, peu attirée par la droite, elle voit dans les promesses d’Emmanuel Macron les moyens d’unir le meilleur des deux bords. Le monde réel qu’elle découvre alors et qui lui mène la guerre de manière extrêmement violente depuis son refus de la PMA lui dessille en partie la vue.

   Exigeante, volontaire, soucieuse du vrai et du bien, Agnès Thill livre un témoignage sur des pratiques odieuses. Il lui faudrait encore remonter aux causes, lire par exemple Augustin Cochin pour saisir les mécanismes des groupes de pression, inhérents à la démocratie moderne, analyser davantage le système dans lequel elle s’est jetée avec une volonté évidente de servir. Si l’on comprend qu’elle se réclame du bon sens, celui-ci est insuffisant face à la machine de guerre démocratique et révolutionnaire dont LREM n’est que l’épiphénomène du moment. 

ALETEIA :  lire l'article en entier

"Dieu m’accompagne dans tous mes choix"

Députée de l’Oise, Agnès Thill publie "Tu n’es pas des nôtres" dans lequel elle revient sur son exclusion de LREM mais aussi sur son enfance, la figure de son père, sa foi, son passage par la franc-maçonnerie et ses positions sur le projet de loi bioéthique.


L'auteur : Agnès Thill
Députée de la deuxième circonscription de l'Oise.

4ème de couverture

   Elevée en Seine Saint-Denis dans une famille modeste, institutrice puis directrice d'école à Paris et en banlieue, Agnès Thill a longtemps été membre du Parti Socialiste. En 2017, désireuse de servir son pays et ses concitoyens, sensible aux paroles du candidat Emmanuel Macron qui disait vouloir renouveler la vieille politique, elle s'est engagée à sa suite.

   Elue députée dans l'Oise, elle a soutenu la mise en place du programme du président. Jusqu'à l'examen du projet de loi de révision des lois de bioéthique, incluant de nouvelles dispositions liées à la recherche sur les embryons ainsi que la procréation médicalement assistée (PMA) pour les femmes seules ou homosexuelles. Là, sa conscience et ses réflexions lui interdisent de rester muette. Et elle décide d'exercer sa liberté de parole en alertant, à l'Assemblée et ailleurs, contre ce projet de loi qui bouleverse notre rapport à l'humain et prive délibérément des enfants de père. Elle découvre alors la face cachée du "nouveau monde" et la réalité des relations au sein de La République En Marche, faites de mensonges, d'intolérance, d'insultes et d'exclusions au point qu'un des hauts responsables finit par lui jeter à la figure : " Démissionne, tu n'es pas des nôtres ! ".

   Elle raconte dans ce livre au ton très simple, direct, son itinéraire personnel, de la franc-maçonnerie à l'Eglise catholique, à la recherche de la Vérité.

Fiche technique

Catégories Livres Sciences Politiques Actualité/ Etudes / Essais Franc-maçonnerie - Forces occultes
ÉditeurL'Artilleur
ReliureBroché
ParutionSeptembre 2020
Hauteur22
Largeur14
Épaisseur2
Poids0.294 kg

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

Dans la même catégorie

Commentaires clients

Note 
(09/12/2020)
Agnès Thill, une députée libre

Ma vérité de citoyenne et de députée libre, après avoir été humiliée, conspuée, menacée puis exclue de LREM pour avoir dit mon opposition au projet de loi bioéthique, et en particulier à « la PMA pour toutes ».
Je vous raconte mes origines, mon parcours intellectuel et spirituel, ma vie professionnelle, puis mon engagement politique en 2017. Je vous raconte, vus de l’intérieur, la campagne de 2017, le fonctionnement du groupe majoritaire, ses contradictions, son sectarisme, son parisianisme, ses méthodes, ses mensonges, la face cachée du « nouveau monde » qui nous était pourtant promis. Et par la même occasion, notre état de droit existe-t-il encore dans notre démocratie ?

Après cette expérience et si je n’avais pas été exclue, j’aurais quitté le groupe pour mieux servir mes concitoyens, car je suis du parti du bon sens. Je veux avoir la possibilité de voter « pour » une loi si elle est de bon sens, quel que soit le parti qui la propose, sans être ostracisée, cataloguée, placée dans une case, insultée, par des communautés minoritaires ou mes collègues par simple logique de pensée et de consignes de votes de groupe.

« Je n’ai pas changé d’un pouce, je suis ce que j’ai toujours été, habitée des mêmes valeurs, avec autant d’énergie et de dynamisme s’il fallait recommencer. »
Je vous souhaite une bonne lecture.
Agnès Thill, une députée libre

    Donner votre avis

    Tu n'es pas des nôtres

    Agnès Thill
    Tu n'es pas des nôtres

    Des quartiers populaires à l'exclusion de LREM, les vérités d'une citoyenne libre.